Deprecated: class-oembed.php est obsolète depuis la version 5.3.0 ! Utilisez wp-includes/class-wp-oembed.php à la place. in /home/scherzim/public_html/wp-includes/functions.php on line 4904

La Pellegrina

Malvezzi, Peri, Caccini, Cavalieri, etc.
Un pied dans la Renaissance et l'autre tourné vers le baroque naissant, les intermèdes de la Pellegrina (Florence, 1589) témoignent d'une étape marquante dans l'évolution de la musique occidentale. Le spectacle flamboyant célèbre les épousailles de Christine de Lorraine et Ferdinand de Médicis, et les principaux compositeurs au service de ce dernier écrivent la musique de six tableaux mythologique allégoriques : on y retrouve le langage polyphonique de la Renaissance, mais aussi les quelques premiers exemples connus de monodie avec basse continue. L’effectif colossal de 46 musiciens, leur permet d’exploiter la théâtralité d’une polychoralité assumée, mais ceux-ci dialoguent avec des petits 'concerti' plus intimistes. Ces intermèdes de La Pellegrina ont été l'occasion de rassembler moultes instruments et consorts d’instrument, tantôt atypiques et novateurs ; les détails de l'instrumentation de chaque passage nous est parvenu : pour l'occasion, Scherzi propose de suivre les effectifs originaux au au pied de la lettre, permettant au public d'aujourd'hui de retouber cet instrumentarium rare : une dizaine de cordes pincées (deux harpes, psaltérion, 6 luths allant du petit luth soprano au luth basse, le cistre et la mandore, le chitarrone — dans son état primitif) un consort de violes, des lires, traverso, deux cornets, quatre trombones, trois orgues et une régale.